Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Saga d'Holomoon

La Saga d'Holomoon

Le blog de Jean-Paul Aussel, illustrateur, auteur bd, formateur.


4 Encres pour le Corail.

Publié par Jean-Paul Aussel sur 3 Juillet 2008, 08:02am

Catégories : #Analyse BD



Ondins et Ondines préservent le corail, si précieux pour leur reproduction. En attendant leur dessinateur se penche sur l'encrage et vous livre quatre essais établis grâce à la reproduction d'un BLEU. On cliquera sur l'image ci dessus pour comparer.

Le livre de référence actuel sur l'encrage est un peu unique, détrompez moi si vous en connaissez d'autres, en français car il y a aussi un livre de DC aux US que je ne connais pas encore. Il s'agit de l'encrage de comics aux éditions EYROLLES. Je l'apprécie puisque je l'ai acheté deux fois ! (en fait une version est plus étoffée, mais, c'est ça Angoulême, on a pas toujours les yeux en face des trous ! ).

Il y avait aussi un grand site sur l'encrage (aux US) qui existait, avec des dizaines d'interviews des plus grands, mais je crois qu'il a disparu.

L'une des notions importantes développées dans ce livre est celle de l'encrage des épaisseurs en fonction de l'éclairage, et non d'une façon uniforme qui est plus design, mais ne relie pas les épaisseurs à une réalité de volume.

Avant de partir 10 jours à la campagne, je vous livre ces quatre essais. Je me suis acheté deux petits bouquins sur des traités de peinture chinoise, car je sens que j'ai des réponses un peu profondes à trouver par rapport à l'encrage. Pour moi c'est un peu comme dans un groupe de rock, si le chanteur/chanteuse n'a pas une voix, le groupe pourra être excellent musicalement, il manquera quelque chose. Et ici, même si la structure est forte au niveau du crayonné, un encrage plat peut tout aplatir, tout briser. ... ou en tout cas, empêcher de rêver...

LE A a été réalisé avec deux feutres, l'intérêt premier étant la rapidité et une relative détente (pas de crainte d'un trait trop épais, etc, puisque les épaisseurs sont réglées d'avance), ça glisse bien sur le schoeller. Beaucoup de plaisir en le faisant. Le résultat m'a fortement déplu le lendemain. Je suis un peu moins dur aujourd'hui, mais je doute qu'une page entière avec ce style n'ait pas un côté trop "punk" "crumbesque". Bref, soit fatigante car les hachures partent dans tous les sens. On glisse vite vers le graphisme pour le graphisme.

LE B réalisé à la suite est fait entièrement au pinceau (martre Kolinsky pour le tenu des poils) numéro triple O, c'est à dire bien fin. Avantage, les détails, désavantage le peu de longueur n'aide pas sur la longueur des traits.
Je reste ici avec des hachures dans tous les sens et si je cherche à placer des ombre, celles-ci sont trop plates car soudaines et suivant peu la structure du dessin. Beaucoup de choses ne sont pas claires comme les cornes des côtés ou l'emblême sur la partie supérieure du toit.

LE C serait celui qui me satisferait plus, cettte fois je suis passé au numéro 1 comme pinceau qui me permet une meilleure tension dans les courbes. Le travail de profondeur avec le ponton au premier plan est relativement réussi. Il reste un aspect un peu Will Eisner, que j'aime beaucoup mais qui reste globalement un peu trop "mou". Le travail sur les ombres portées et autoportées est plutôt bien, même si c'est toujours le capharnaüm au niveau des Moules géantes sur le toit et de leurs ombres... Bon travail de hachures de second plan pour les pilotis. Néanmoins sur le plan de cet encrage qui devrait respecter le sens de la lumière, ce n'est pas ça encore. Il est vrai que beaucoup d'encreurs retouchent les traits, avec rotring et blanc, (ou photoshop) ce que je n'ai pas pris le temps de faire pour cet exercice.

Enfin LE D abandonne les ombres trop marquées au profit d'une grande lisibilité, même pour ce qui se passe sur le toit, j'évite aussi les différences de matières sur les parties latérales. Le travail de différence sur les épaisseurs est un peu plus fin. Je place des taches qui font penser à une tête de mort au dessus du rideau. Cet encrage là laisse une belle part au travail de colorisation ultérieure, mais une part trop belle, je trouve que je suis arrivé à quelque chose de trop simplement informatif. Ça flotte trop. et les ombres hachurées sont bof.



De ces quatres encrages je dirais que ce qui me frappe le plus, c'est la différence entre ce que l'on peut ressentir au moment de l'acte et une fois le résultat terminé (et une journée plus tard pour le recul nécessaire).
Je vous encourage vraiment à pratiquer l'exercice, car tout est rapide une fois le dessin original scanné (ou sur les modèles que je vous ai fournis), j'ai fait les quatres propositions à la suite.

Reste que quelque soit la grâce que l'on ressent ou pas sur le moment, seul l'objet fini a une importance éditoriale. Pour l'instant aucun de ces quatre encrage ne me satisfait au niveau du ratio

(détail + lisibilité / force de la structure) X hauteur de la page / nombre de cases au mêtre cube !

Ratio qui devrait être égal à 1,61803399, non ? Puisqu'il s'agit du nombre d'or...  ; )


Commenter cet article

NANARD612 22/06/2009 11:14

Peux tu me donner ton adresse URL car j'ai l'intention de la mettre dans mes liens Merci d'avance.

Jean-Paul Aussel 22/06/2009 11:22


Bonjour Nanard612 (?)

http://holomoon.over-blog.com/

Merci

Et ton blog c'est ?


à plus

JPA


Guillaume 26/07/2008 12:37

Bonjour Jean-Paul,
C'est vrai que tout peut se retravailler et c'est utile d'avoir plusieurs versions de ce que l'on fait, ainsi on peut choisir et peut-être parfois remporter l'adhésion d'un éditeur qui peut lui aussi choisir, on peut aussi de cette façon se forger un style qui corresponde aux attentes du public et à soi-même, car les deux sont importants et trouver une alchimie entre les deux est idéal.

Jean-Paul Aussel 29/07/2008 08:33


Bonjour Guillaume. Mon expérience serait plutôt que la recherche est personnelle, ici je montre le cheminement car c'est un des buts de ce blog, mais les éditeurs ont besoin d'être rassurés.Même si
on change de style, il est préférable de montrer un premier, puis -après refus- un autre, mais montrer tout ce que l'on sait faire, derrière les compliments que l'on reçoit en facade, amène
l'éditeur à la question "ouhlala il sait pas ce qu'il veut celui-là...".
Par contre c'est vital, me semble-t-il, de faire différents essais pour avoir le choix pour soi-même et pour trouver l'alchimie dont vous parlez...

à +


Guillaume 03/07/2008 23:31

Je partage totalement votre vision de l'encrage et bravo de tant d'efforts et de tests!

Je repasserai lire ce sujet fort intéressant plus tard car je vais coloriser un peu une planche avant de me coucher.

Bonne nuit :)

Jean-Paul Aussel 23/07/2008 01:11


Rebonjour (soir ?).

Ah, je suis un chemin d'encrage assez exigeant. En fait lors de mon premier album, Etienne Robial et J-Marc Thevenet m'avait demandé (style commissariat de police, coincé pendant une heure IOI) de
reprendre mes pages encrées pour farie à la place un crayonné poussé. Certainement avaient-ils raison. Il n'empêche que je reste sur ce chemin de l'encre... Ah suivre tout de suite...

Cordialement

Jean-Paul


Archives

Articles récents



Découvrez également WWW.PROF-ILL.COM
Mes illustrations WWW.ENCRE2MOI.COM